Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 11:26

L'été était pluvieux, en ce mois d'août 2007, et le ciel gris ne laissait présager rien de bon. Mais qui se serait alarmé d'une information financière qui ne semblait concerner que les banquiers? La Société Générale reprochait à BNP Paribas d'avoir suspendu trois de ses fonds investis partiellement en actifs immobiliers américains. BNP Paribas le prenait de haut en rétorquant que ses clients lui en sauraient gré car,ainsi, elle les protégeait. Il était question de crise de confiance interbancaire. Sans doute fallait-il être économiste pour saisir à ce moment-là toute la gravité de la situation. Citoyen lambda, je m'intéressais à la politique, mais la technicité de la sphère économique m'échappait.

L'annonce avait fait l'effet d'une douche froide sur les marchés européens. Les banques avaient brièvement interrompu toutes leurs opérations de prêts, provoquant une hausse spectaculaire des taux d'intérêt. L'information principale diffusée alors sur les ondes avait été la réaction immédiate et salutaire de la Banque centrale européenne qui, de concert, je crois, avec la Fed américaine, avait injecté dans le circuit financier un montant record de liquidités, de l'ordre de la centaine de milliards d'euros, soit davantage que le 11 septembre 2001. La crainte d'une propagation de la crise était vive...


   

Partager cet article

Repost0

commentaires