Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 00:04

 

       Les événements s'étaient précipités. Après son évasion, Minima avait retrouvé Rosana à bout de forces devant la gare.

 

       Pour communiquer avec Minima, son frère avait mis au point un système d'encoches qu'il taillait sur la palissade du terrain vague. Il avait eu vent de ses cachettes et de ses amitiés. Elle l'apercevait parfois à proximité de la gare ou le nez collé aux vitrines des bazars de jouets. Il avait un plan pour les remettre sur la bonne trajectoire.

 

       Minima mettait Rosana dans la confidence. Elle la voyait se redresser un peu, esquisser un sourire, réapparaître à la surface de la vie. Pour être sûrs de réussir, ils auraient besoin d'elle, de ses paroles de granit. Minima lui parlait de la beauté de l'île où ils aborderaient, de sa poussière étoilée la nuit, sablonneuse le jour, qui tisserait des voiles de soie pour les soustraire à la vue des malveillants.

 

       Avec de la craie rouge et de la craie blanche, le frère de Minima avait dessiné une cible contre les planches de la palissade. Les cercles concentriques étaient interrompus par les fentes. Le coeur était criblé par un faisceau de petits trous. Il gagnait presque à tous les coups. Entre deux lancers de fléchettes, il taillait des encoches sur d'autres planches qui servaient de panneaux d'affichage à l'intention de Minima. Personne d'autre qu'elle ne pouvait comprendre les signes qu'il avait inventés. Son plan se précisait. Il allait bientôt lui demander de passer à l'action.

 

       Elle répondait aux messages de son grand frère en utilisant des cailloux. Un galet de couleur claire signifiait son désir de courir sur les plages de l'île idéale qu'il avait repérée sur la carte du monde. Un morceau de brique rouge préfigurait la première pierre de la maison qu'ils allaient y reconstruire. Elle avait aussi dans sa réserve de signaux un boulet de charbon, un tesson de bouteille, des morceaux de tout et de n'importe quoi. Il revendrait la ferraille, il emporterait les bouts de ficelle pour amarrer leur chaloupe au port. Dans le tamis de ses trouvailles, Minima espérait qu'il découvre de l'or...     Minima  

 

Partager cet article

Repost0

commentaires