Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 23:40

| Le Monde |  Vendredi 20 juillet 2012     -  par John Berger, écrivain et critique d'art  -

 

 

Protester, c'est refuser d'être réduit à un zéro et à un silence forcé. Par conséquent, au moment même où une protestation s'exprime, si elle s'exprime, elle marque une petite victoire. Ce moment prend un caractère indélébile. Il passe, mais il a été imprimé. Une protestation n'est pas principalement un sacrifice qu'on ferait au nom d'un avenir autre, plus juste; c'est la rédemption sans conséquence du présent...

 

"La question qui se pose réellement ici, répond Arundhati, est celle-ci: qu'avons-nous fait à la démocratie? En quoi l'avons-nous transformée? Que se passe-t-il une fois qu'on a épuisé la démocratie? Quand l'a-t-on vidée de l'intérieur et de son sens? Que se passe-t-il quand chacune de ses institutions s'est métastasée en quelque chose de dangereux? A quel moment la démocratie et l'économie de marché ont-elles fusionné en un organisme prédateur dont l'imagination étroite, indigente, se limite à graviter presque entièrement autour de l'idée de maximiser le profit? Est-il possible de renverser ce processus? Une chose qui a muté peut-elle revenir à son état initial?"

Partager cet article

Repost0

commentaires