Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 00:04

       Je lui avais expliqué le fonctionnement de mes jeux de construction et, avec un Meccano, j'avais fabriqué des grues. Elle faisait semblant de les utiliser en sens inverse pour soulever du sol des toits et des murs écroulés.

 

       Pendant qu'elle s'abandonnait au bonheur de jouer, je cherchais un deus ex machina qui aurait pu rendre à sa vie son assise familiale... Mon dieu machinal redéclenchait l'automatisme de l'espoir...


       La nuit tombée, j'avais branché des fils dans des prises électriques. L'intérieur des maisons s'était illuminé en même temps que les rues sous les alignements de réverbères. Minima s'était émerveillée de pouvoir embrasser d'un seul coup d'oeil une ville entière. L'ensemble s'animait, les trains et les voitures circulaient. Elle découvrait le don d'ubiquité. Les réseaux de faisceaux lumineux organisaient dans l'obscurité un spectacle qui la fascinait. J'étais heureux que Balthazar le magicien puisse mettre en œuvre pour elle cette symphonie du monde...   § Récit  

Partager cet article

Repost0

commentaires