Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 00:04

La syntaxe étirait mes phrases et portait les mots que je choisissais de plus en plus loin sur la page écrite. Quasi muette dans la vie courante, je me découvrais bavarde à l’écrit, capable d’aligner des phrases et des phrases que je pouvais ensuite relire comme si quelqu’un d’autre les avait écrites. Le déroulé des phrases élargissait mon champ d’expérience. J’évaluais les mots avec le boulier de mes perceptions intérieures. La balle-bille de mon stylo effectuait des bonds étonnants. La projection écrite de mes pensées poussées au bout de leur effort avait toujours un « je ne sais quoi » de surprenant. J’éprouvais une sensation de plaisir comme lorsque je rattrapais la balle de mon Jokari au cours d’une série de coups difficiles.

 

ENFANCE

 

 


Partager cet article

Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:30

 

     la lumière bleue du ciel

     tombe drue sur le jardin

     qui tend son prisme vert

 

 

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 10:00

Mon poème n'a pas le même poids de beauté que le réel admiré.

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 09:50

 

     jaunes ou roses ou parme

     dans les jardins et les parcs

     des bouquets s'épanouissent

     sobrement consensuels

 

 

Partager cet article

Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 11:30

Rayonnement

Partager cet article

Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 10:55

Frise

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 00:04

Le « dire », avec ses deux registres qui se repoussaient l’un l’autre, avait rendu ma parole hésitante et incertaine. L’ « écrire » se présentait sous un aspect plus rassurant. Par écrit, b + a faisaient « ba » sans accent. Les mots écrits se composaient de lettres dont l’ordre était fixé par l’orthographe. Leur sens était défini par le dictionnaire. J’avais dix ans. Mon frère venait de réussir son certificat de fin d’études primaires. La municipalité avait offert à tous les lauréats un dictionnaire Larousse. En le consultant, je découvrais des nuances que je n’avais pas aperçues dans le langage oral. Comment écrire ? Les mots ne fonctionnaient pas comme des briques. Leurs sens ne s’imbriquaient pas l’un en l’autre. Ils rebondissaient l’un contre l’autre avec des variantes infinies car le point d’impact n’était jamais le même. Les jeux de mots s’annonçaient inépuisables. La syntaxe était une sorte d’élastique qui leur permettait de se déployer en me propulsant dans le monde.  

 

ENFANCE

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:30

 

la lumière naissante est tamisée

par un voile d'argent si fin que l'or

qui ourle chaque bord du monde inonde

le paysage de transparence blonde 

entre les ailes azurées des anges      

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 00:04

Au-dessus des nuages

 

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 10:04

Hachures sur le mur blanc, j'ai relevé la tête, les lamelles du store de mon bureau scandent l'espace.

 


Partager cet article

Repost0