Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 23:04

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctcictntitctitctctctctctctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctotctctntctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttutctctctytctctctctntctctctetctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctotctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

 aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctitctcictctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctitctctctctctctctctctctntctctitctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctytctctctctctctctctctcttctctctctcttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctoitctctctctntctctctctctctctcttctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctutctcictctctctistctctotctctctctctctctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctetctctctctctctotctctitctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttctcctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetctctctctctctctctcttctctctctctctctctctctctctctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctcictntitctitctctctctctctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctotctctntctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttutctctctytctctctctntctctctetctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctotctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctitctcictctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctitctctctctctctctctctctntctctitctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctytctctctctctctctctctcttctctctctcttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctoitctctctctntctctctctctctctcttctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctutctcictctctctistctctotctctctctctctctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctetctctctctctctotctctitctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrzaaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettttctctctctctctctctctctctctctctctctcttctctctctcttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctctctctctctctctctctctcttctctctctttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetttctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdettctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttctcctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetctctctctctctctctcttctctctctctctctctctctctctctttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

aaaujeeflllmmmxxmbbyyybsssbbcdetctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctctcttttttttfghijklmzzzzzznopqrstuviiifffffwxyoooaaaaaarrrrrrz

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 23:04

 

    Un sourire de la lumière dévisage soudain la fenêtre sortie de l'ombre.

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 23:04

 

Le soleil ne se regarde pas ou rend aveugle. Francis Royo est l'un(e) des rares à tenter et à réussir l'impossible [ link ].

 

Les mots qu'il distille sont condensés jusqu'à la fulgurance du sens et le lecteur est comme frappé par la foudre. Il est donc possible de saisir l'éclair, de dire cela comme cela, avec des mots si justes, si justement choisis pour appréhender ce qui échappe?

 

Francis Royo dit la condition humaine, la condition commune, avec des accents hors du commun [ link ]. 

 

Son regard est implacable [ link ], mais tendre [ link ].

 

Il dit mieux que personne à quel point nous sommes inconsolables [ link], enfants perdus que nous restons à jamais [ link ].

 

Sa parole est d'or [ link ]et de silence [ link ]. Elle coule sur le sablier de l'existence [ link ]. 

 

Le puits sans fond de l'exil [ link ] où elle prend sa source lui donne des accents pascaliens [ link ], adoucis parfois, à la façon de Montaigne [ link ], par une méditation à la mesure de l'homme [ link ].

 

Sur les chemins, nous respirons avec Francis Royo les odeurs de la terre mouillée [ link ], et nous ressentons le poids de nos pas [ link ]. Rimbaud n'est pas loin, et Verlaine.

 

Il lui arrive de céder à un rêve de bonheur [ link ].

 

Là derrière les soleils et les ombres sur les pentes frayées à coups d’épaule il y a toujours

cette merveille étrange qui n’a pas encore de couleur et qu’il faut inventer d’urgence

 

                                                                                                            Bribes 5.2- 25 avril 2013

                                                                                                                        

 

 

Partager cet article

Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 23:04

J’avais une imagination élastique. Il suffisait d’un rien pour que démarre la machinerie du rêve. Je me fabriquais des histoires que les livres de l’école m’incitaient à transcrire sur un support. Sur la terre battue de la rue, pour me reposer du Jokari, je pouvais tracer avec un clou les lignes d’une marelle. Entre l’enfer et le paradis, il y avait de la place pour l’amusement. Les idées ne prenaient forme que dans l’incertitude. Nos jeux d’enfants commençaient toujours par « Et si… ». Et si j’étais le Petit Poucet ? Et si tu étais le bandit et moi le shérif ? On me trouvait des airs de garçon manqué. J’avais certes des dispositions pour les jeux de garçons, mais c’était sans doute plutôt parce que je portais les vieux habits recyclés de mon frère. Ma véritable identité se retrouvait coincée entre cette apparence garçonnière et une sensibilité à fleur de peau, entre l’attrait exercé par le monde extérieur et l’obligation intériorisée de ne pas sortir des limites qui faisaient de moi par défaut une fille. Je lançais des ballons d’essai qui n’étaient pas tous une réussite. Quand mon père me renvoyait la balle, hélas, c’était pour me déjuger. Si je ne pouvais pas faire ceci ou cela parce que j’étais trop petite, ce n’était pas grave puisque je grandirais. Mais en être empêchée pour la seule raison d’être une fille, il y avait de quoi se révolter.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 23:04

Je donnais l’impulsion. J’étais à l’origine de cet élancement dans l’espace-temps. L’index en appui sur l’instrument qui permettait cette projection de moi-même, j’essayais de donner à mon poignet la souplesse et la force nécessaires pour une telle parabole. Il fallait que je fixe déjà à peu près le point que je souhaitais atteindre avant même de connaître la trajectoire. Je m’élançais dans l’inconnu en choisissant avec soin les champs d’atterrissage. La petite balle du Jokari devait éviter de casser les vitres ou de toquer contre les portes. La craie contre l’ardoise ou la plume sur le cahier devaient enrouler des lettres formant des suites de mots formulant des phrases alignées dans le bon sens jusqu’à l’aboutissement du texte. Si j’étais le point fixe de la parabole, je me trouvais aussi sur son parcours à des endroits parfois inattendus. Sujet et/ou objet de l’action/observation...

Partager cet article

Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 23:04

En classe, la distinction la plus utilisée était le réussi  et le raté, qui se déclinaient aussi en bien  ou mal. La vie m’envoyait déjà ses coups mais je les recevais de façon amortie. J’étais dotée d’une disposition exceptionnelle à la rêverie, qui m’exposait à toutes les distractions, à tous les ridicules, à toutes les déconvenues. J’aurais pu devenir un bouc émissaire si ma nature nonchalante n’avait pas déjoué les moqueries. Je ne savais pas dessiner, pas danser, pas chanter. L’école maternelle, qui avait permis que je m’en aperçoive, m’avait offert en retour l’apprentissage des lettres. Comme le Jokari, la lecture ou l’écriture étaient des jeux qui pouvaient se pratiquer en solitaire. Les enfants de la rue qui passaient devant moi quand j’écrivais (ou que je faisais plutôt semblant d’écrire) sur mon ardoise, ne m’invitaient pas à les rejoindre, ils me décochaient leurs flèches. Le rempart de mes rêveries était inexpugnable, rien ne m’atteignait. Je n’étais d’ailleurs pas une mauvaise camarade, à l’occasion, on pouvait me faire une place.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 14:04

Je balançais constamment entre deux options. La vie/la mort, le mal/le bien, le beau/le laid, et dans une moindre mesure mais qui comptait beaucoup pour ma mère, le sale/le propre. Je n’étais pas habituée aux nuances. Chez nous, les conversations se limitaient à l’essentiel, c’est-à-dire aux nécessités matérielles de la vie, comme les repas, les courses, la lessive et le travail de mon père.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 13:49

Se retirer aux bords des mondes est possible ici ( link ) avec Isabelle Pariente. Loin de la fureur et du bruit. Y respirer et y vivre en vérité est à la portée de qui veut bien se laisser guider par sa main expérimentée, amie, qui fraie un passage dans les endroits les plus reculés de la conscience que nous avons de nous-mêmes, de l'univers et du langage. Aux bords des mondes est un lieu unique d'intelligence, de sensibilité et de beauté. Cet alliage ou cette alliance élève et rend heureux. Isabelle Pariente est une artiste qui polit ses phrases comme les galets de l'océan qu'elle aime tant. "Il importe sans doute pour moi... que je me souvienne toujours avoir eu comme jouet préféré le langage." Elle "continue dans le langage ce geste qui a été celui de [mon] son enfance". Chaque phrase est un fil tendu à la frontière poreuse des bords des mondes. Elle traque à chaque instant le point de fuite où se frôlent les extrêmes et l'impensable. Le geste d'écrire est celui d'un promeneur solitaire dont la seule certitude est d'avancer un pas après l'autre. Je s'inscrit dans le monde comme le point d'insertion fragile de la lettre en contact avec la page, point noir sur fond blanc, fond brillant de nos écrans numériques. Car la dynamique des bords des mondes ne serait pas la même sur un simple support papier. "La structure des bords des mondes, explique-t-elle ( link ), est, depuis que j’écris sur Internet, une structure dynamique." "Par exemple, je ne savais pas que les images pour moi avaient une telle importance, je ne considérais pas que le sens de la vue était aussi central dans mon expérience du monde" (link )... Le carnet des images d'Isabelle Pariente est une merveille où se croisent et s'interpellent le dit et le vu, l'interprétation du réel et le réel imaginé, imaginaire. La logique interne au langage et à la pensée épouse le mouvement du monde dans l'apparence même qu'il nous livre. Aux bords des mondes est une immense pulsation, le battement d'un coeur qui devient le nôtre, un grand livre à lire et à relire sans discontinuer.     

Partager cet article

Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 23:04

Dans la ville de H., j’avais laissé le souvenir d’une enfant sage assise sur le seuil de sa maison avec une ardoise sur les genoux où elle traçait des mots avec une craie blanche comme s’il s’agissait d’un écran magique. J’aimais me contempler en pensée avec une certaine distance. On disait de moi que je pouvais « le meilleur comme le pire ». Comment mieux me définir ?

Partager cet article

Repost0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 23:04

Mes années d’adolescence ont constitué la période newtonienne de ma vie. Elles se sont déroulées avec une régularité cosmique. A cette époque, l’élan que je prenais me ramenait toujours à mon point de départ. Externe, je rentrais chez moi midi et soir (sauf en Terminale parce que le lycée de garçons, qui accueillait les filles pour la préparation au Bac, était situé trop loin, dans la partie bourgeoise de la ville). J’aimais commencer la journée dans le bleu finissant de la nuit, qui autorisait encore les réverbères. Je me laissais hypnotiser comme un papillon par les enseignes lumineuses des commerces, et je ne me lassais pas du ballet des feux de position des automobilistes. J’aimais aussi entendre le ronflement particulier de la dynamo des cyclistes. Quand je n’étais pas trop en retard, des camarades de classe à bicyclette me dépassaient. Je ne courais pas, je n’essayais pas de grignoter les minutes, même lorsque, encore plus en retard que d’habitude, je savais que mon dernier record serait pulvérisé. C’est ainsi qu’un matin, en entrant dans la classe de philo, j’avais été accueillie par des applaudissements, sans doute parce qu’on ne m’attendait plus…

Partager cet article

Repost0