Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Archives

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 23:04

J’aimais rejoindre le cœur battant de la ville à son réveil, avec le sentiment de participer à la remise en activité générale. Du fond de mon enfance qui se situait à H., je me sentais propulsée sur une trajectoire en extension qui me conduisait au-delà de moi-même dans un espace balisé et que je ne ressentais pas comme hostile.

 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 23:04

Eblouissement à cent mètres! Vertige à la pensée de tout ce que je n'ai pas vu à cent mètres de moi-même...

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 23:04

LD 1 036

LD 2 037

LD 3 038

LD 4 041

Partager cet article

Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 23:04

Nos déplacements dans la ville de A. se faisaient selon trois axes. Par l’Ouest, nous allions chez ma grand-mère paternelle, par l’Est, nous nous rendions au cimetière et en Belgique, et quand nous marchions sans inflexion ni bifurcation marquée vers la droite ou vers la gauche, en nous laissant simplement attirer par les lumières de la ville et la circulation des voitures, nous arrivions au centre, où, les soirs d’hiver, l’œil rond du beffroi nous éclairait comme une lune. Entre 1968 et 1969, son horloge m’a renseignée chaque matin sur l’étendue de mon retard au lycée, qui était situé à l’autre bout de la ville, à l’opposé de notre faubourg ouvrier. L’année suivante, j’apprendrais brutalement la maladie de ma mère, mais le centre de gravité de mon existence se serait déjà déplacé ; interne à L., je ne reviendrais plus que le week-end dans cette ville qui m’était familière au point de croire que ses plis coïncidaient avec mes propres habitudes et que ma vie tout entière lui était définitivement associée. J’aimais A. comme on aime sa famille, je n’imaginais pas que je serais séparée de l’une comme de l’autre, de l’une parce que de l’autre, dans un avenir proche.

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 23:04

1 AM 013

2 AM 021

3 AM 032

4 AM 025 (2)

5 AM 025

6 AM 028

7 AM 023

8 AM 018

9 AM 043

10 AM 048

11 AM 052

 

Partager cet article

Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 23:04

La seule ruine importante que je connaissais était celle d’un ancien théâtre situé non loin de la piscine et des Bains-Douches. Il me semblait percevoir une inflexion particulière de leurs voix lorsque mes parents y faisaient allusion en passant et je faisais miens leurs regrets. J’imaginais les rideaux rouges, la scène et les acteurs en train de saluer, la salle où nous aurions applaudi, les lustres et les luxueuses dorures, l’ensemble formant un spectacle si tentant que la guerre qui avait détruit ce théâtre prenait seulement alors pour moi un relief concret qui me la rendait vraiment haïssable.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 23:04

SC 1 073

SC 2 081

SC 3 087

Partager cet article

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 23:04

Je ne pouvais pas ignorer qu’il y avait eu deux guerres avant ma naissance, mais justement, c’était avant ma naissance, pour moi, le monde ne faisait que commencer. Lors de nos promenades dominicales, nous passions devant le monument aux morts érigé sur la « Grand’Place », devant le beffroi. Etaient parvenues à mes oreilles quelques paroles rares de mes parents au sujet des « poilus » et des bombardements. Je savais que ma grand-mère avait eu la vie sauve pour s’être réfugiée sous une table et que le clocher de l’église avait écrasé les maisons de son quartier. Mais je n’avais jamais pris conscience que cette ville où je me promenais avait été complètement détruite pendant la première guerre mondiale et bombardée de nouveau avec des dégâts considérables pendant la seconde. Les rues étaient bordées de maisons qui me paraissaient vieilles et vénérables, posées là sans doute depuis les siècles des siècles et pour l’éternité, alors qu’elles avaient à peine eu le temps d’abriter une génération d’habitants après la « reconstruction » qui avait suivi la destruction totale de la ville en 1914...

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 23:04

Abri

Partager cet article

Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 23:04

Sur la table-bureau, à la surface des strates de documents et de notes prises pour le mémoire qu'elle avait commencé sur le travail des enfants dans les tissages et les filatures de la vallée de la Lys de 1870 à 1930, le petit miroir rond qui faisait office de presse-papier lui avait renvoyé une image d'elle-même qu'elle avait immédiatement censurée en retournant l'objet du côté de la photographie. Mais celle-ci ravivait des souvenirs indésirables. Avec agacement, elle avait repoussé ce témoin embarrassant et saisi le billet sur lequel il avait été posé. C'était un morceau de papier à petits carreaux d'une dizaine de centimètres sur cinq ou six. Il avait été arraché à son feuillet d'origine sur trois de ses côtés, dont le bord supérieur par rapport au sens de l'écriture, une écriture malhabile en raison des vibrations du poids lourd qui s'apprêtait à démarrer. Y étaient inscrites, gravées au bic rouge sous le coup d'une impulsion subite, sur ce reste de papier providentiel percé par la pointe du stylo à l'emplacement des points et des accents, les coordonnées d'un certain Franz...

Partager cet article

Repost0